Arkema et le CEA créent deux nouveaux laboratoires communs dédiés à la micro-électronique et à l’électronique organique

Actu Chimie

Arkema [1]
et le CEA [2] élargissent à la micro-électronique et à l’électronique organique leur collaboration déjà effective dans le domaine du photovoltaïque, en créant deux laboratoires communs de recherche. Ces laboratoires mixtes publics/privés
permettront le développement de nouveaux matériaux de très haute performance et leur intégration dans les procédés de fabrication dans des secteurs porteurs de la filière électronique française.

Ces deux laboratoires réuniront l’expertise d’Arkema dans le design et la production de polymères haute performance avec les compétences des chercheurs du CEA dans la conception et les procédés d’élaboration de composants électroniques.
Les laboratoires CEA-Leti (Laboratoire d’Electronique et de Technologie de l’Information) et CEALiten (Laboratoire d’Innovation pour les Technologies des Energies Nouvelles et les nanomatériaux) constituent des centres de recherche appliquée de renommée mondiale, en microélectronique et en technologies de l’information pour le premier, et dans les nouvelles technologies de l’énergie pour le deuxième.

Dans la cadre de sa collaboration avec le Leti, Arkema s’appuiera sur son expertise en nanostructuration des polymères pour produire de nouveaux matériaux qui permettront d’optimiser les performances des composants silicium et de réduire de façon significative leurs coûts de fabrication dans les prochaines générations de circuits intégrés.

Dans le cadre de sa collaboration avec le Liten, Arkema, qui dispose d’une famille de polymères techniques de choix (polymères fluorés, piézoélectriques, thermoplastiques nanostructurés) répondra aux enjeux technologiques du secteur de l’électronique imprimée grande surface (écrans souples, emballages et textiles intelligents, panneaux photovoltaïques), tels que la durée de vie des systèmes, le coût de fabrication ou l’intégration de plusieurs fonctions sur un même support. En effet, l’utilisation de matériaux organiques, plutôt que le silicium, permet de concevoir un nouveau champ de composants imprimables, transparents et souples qui sont intégrés sur des produits électroniques imprimés grandes surfaces.

« Ces partenariats entre Arkema et le CEA sont parfaitement adaptés au développement de nouveaux matériaux utilisés en lithographie et en électronique organique. Ces collaborations illustrent aussi un nouvel axe de recherche de notre groupe, la micro-électronique, et concrétisent notre aptitude à innover dans des domaines d’applications à forte valeur ajoutée », se félicite
Christian Collette, directeur de la recherche & développement d’Arkema.

« La mise en place de ces deux laboratoires communs illustre pleinement la mission du CEA dans son soutien au développement de filières industrielles françaises » commente Jean Therme directeur de la recherche technologique du CEA. « L’association des moyens technologiques du CEA, dans les domaines de la micro-électronique et des énergies renouvelables, avec Arkema, l’un des leaders mondiaux de la chimie de spécialité, sera génératrice d’innovations, et à terme de compétitivité ».

Ces deux structures de recherche contribueront à renforcer l’offre technologique de la filière électronique française et sa compétitivité à l’échelle internationale.

Notes

[1Premier chimiste français, acteur majeur de la chimie mondiale, Arkema invente chaque jour la chimie de demain. Une chimie de spécialité, moderne et responsable, tournée vers l’innovation, qui apporte à ses clients des solutions concrètes
pour relever les défis du changement climatique, de l’accès à l’eau potable, des énergies du futur, de la préservation des
ressources fossiles, et de l’allègement des matériaux. Présent dans plus de 40 pays, avec un effectif d’environ 13 200
personnes, 9 centres de recherche, Arkema réalise un chiffre d’affaires de 5,9 milliards d’euros* et occupe des positions
de leader sur ses marchés avec des marques internationalement reconnues. The world is our Inspiration.

[2Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) est un organisme public de recherche qui intervient dans quatre grands domaines : les énergies bas carbone, les technologies pour l’information et les technologiespour l’information et les technologies pour la santé, les Très Grandes Infrastructures de Recherche (TGIR), la défense et la sécurité globale. S’appuyant sur une recherche fondamentale d’excellence et sur une capacité d’expertise reconnue, le CEA participe à la mise en place de projets de collaboration avec de nombreux partenaires académiques et industriels. Fort de ses 16000 chercheurs et collaborateurs, il est un acteur majeur de l’espace européen de la recherche et exerce une présence
croissante à l’international.
www.cea.fr

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère