Franco-Chinois

Présentation

Le Prix Franco-Chinois est un nouveau prix binational, créé en 2013 avec la Chemical Chinese Society (CCS). Il est remis en France à un chimiste chinois chaque année paire, et en Chine à un chimiste français chaque année impaire. L’octroi du prix, selon l’accord réciproque passé avec la CCS, est couplé avec la venue en France du lauréat chinois pour trois conférences dont les titres et dates sont diffusés par les canaux habituels de la SCF.
Selon le souhait des lauréats, L’Actualité Chimique pourra publier une mise au point relative à leurs travaux récents.

Le jury est le même que pour les Grands Prix nationaux de la SCF. Il est constitué de sept personnalités internationalement reconnues, membres de la SCF, dont la liste est soumise à l’avis du conseil d’administration de la SCF. Le jury peut s’entourer d’avis extérieurs, essentiellement en provenance de l’étranger. Les critères habituels de sélection des dossiers et de classement des candidats par le jury sont communiqués au conseil d’administration.

Modalités d’attribution

Le jury a à sa disposition la liste des prix attribués les années précédentes, avec le profil scientifique des lauréats. Chaque candidat fait l’objet d’un rapport qui doit mettre en lumière ses qualités scientifiques et son aptitude à recevoir ce Prix, dont une collaboration avérée avec des chimistes français ou des échanges avec la France est un des critères.
Ces rapports (2 pages au maximum) seront transmis au bureau de la SCF pour communication aux membres du conseil d’administration.
Le coordonnateur du jury présente ensuite un rapport global et une proposition de classement des candidats devant le conseil d’administration.
Le choix définitif est, autant que faire se peut, entériné de manière consensuelle après discussion en présence du coordonnateur du jury.
Si besoin est, un vote à bulletin secret est effectué à la majorité absolue des suffrages exprimés pour les deux premiers tours du scrutin.
Le jury doit par la suite fournir un court texte de justification concernant les lauréats pour diffusion externe.

Communication des résultats

Peu après le conseil d’administration et que les lauréats aient été personnellement informés, les résultats sont annoncés sur le site Internet de la SCF et présentés dans L’Actualité Chimique accompagnés du texte de justification.

Remise des Prix

La remise des Prix binationaux a lieu dans le cadre de la cérémonie solennelle des Grands Prix de la SCF, généralement au 2e trimestre de l’année suivante. Une mise au point sur les travaux récompensés peut être publiée dans L’Actualité Chimique après accord entre chaque récipiendaire et la rédaction de L’Actualité Chimique.

Lauréat 2018

Zhigang Shuai

Le Prix franco-chinois lui est décerné pour sa remarquable contribution au développement de méthodologies théoriques pour décrire les processus électroniques dans les matériaux complexes, ainsi que pour son rôle moteur dans le GDRI franco-chinois de chimie théorique.

Après son doctorat en physique théorique à l’Université de Fudan (Shanghai) en 1989, Zhigang Shuai y a été « Research Fellow » au Département de physique, puis postdoctorant et à l’Université de Mons (1990-2001) dans le service de Chimie des matériaux nouveaux dirigé par J.-L. Brédas. De retour en Chine, il est nommé professeur en 2002 et est recruté par l’Institut de chimie de l’Académie des sciences chinoise à Pékin. En 2008, il obtient une chaire professorale (« Changjiang Scholar Chair Professor ») à la prestigieuse Université de Tsinghua (Pékin).

Zhigang Shuai a apporté d’importantes contributions au développement de méthodologies théoriques pour décrire les processus électroniques dans les systèmes de matériaux complexes. Il a notamment étudié la structure et la dynamique des états excités dans les matériaux fonctionnels moléculaires et les polymères, et la dynamique des porteurs dans les matériaux organiques et nanostructurés. Ses contributions significatives et originales sont plus particulièrement dans les domaines de la théorie des diodes électroluminescentes polymères et le formalisme de la fonction de corrélation des vibrations thermiques de la désintégration non radiative de l’état excité. Plus récemment, il a été le premier à aborder de manière théorique le rôle de la déformation du potentiel due à la compression/dilatation dans les matériaux 2D.

Ces travaux ont donné lieu à près de 350 articles dans les meilleures revues du domaine (citations annuelles de plus de 1 000 depuis 2010 ; indice h : 65) et des travaux cités près de 14 000 fois. Ses recherches pionnières sur le graphène (JACS) et la graphdiyne (ACS Nano) ont notamment été cités plus de 500 fois. Il est rédacteur associé de J. Mat. Chem. A et membre des comités éditorial ou consultatif d’une dizaine de journaux internationaux de chimie théorique/physique ou chimie générale (J. Phys. Chem., Chem. Phys. Lett., WIREs Comp. Mol. Sci….).

À côté de nombreuses responsabilités au sein de son université et de la Société Chimique Chinoise (CCS) dont il a reçu plusieurs distinctions, Zhigang Shuai est vice-président de l’Académie internationale des sciences moléculaires quantiques (dont la présidente est Odile Eisenstein), Fellow de la Royal Society of Chemistry (R.-U.) et membre associé de l’Académie royale de Belgique. Il a reçu en 2015 le Prix « National Excellent Scientist » de l’Association chinoise des sciences et technologies et a été élu en 2017 membre du « Scientific Board » du WATOC (World Association of Theoretical and Computational Chemists).

Francophile et francophone, Zhigang Shuai a joué un rôle majeur dans les relations avec la communauté française de chimie théorique et son réseau (RCTF). Depuis la création en 2012 par le CNRS du GDRI franco-chinois de chimie théorique, dans lequel il est fortement impliqué et joue un rôle pivot et responsable, il a organisé ou co-organisé les workshops bi-annuels et donné plusieurs conférences plénières qui l’ont conduit à tisser des liens particuliers avec la communauté francophone et à établir des collaborations avec l’Université de Nantes, en particulier Denis Jacquemin avec lequel il a publié.

He Tian

He Tian est professeur au Key Laboratory for Advanced Materials & Institute of Fine Chemicals, School of Chemistry and Molecular Engineering, East China University of Science & Technology (ECUST Shanghai).

Après sa thèse de doctorat à ECUST (1989), il effectue un stage postdoctoral en Allemagne à l’Université de Siegen (1991-93) sur les colorants lasers organiques, puis revient à ECUST où il est recruté en 1994 comme professeur titulaire et directeur de l’Institut de chimie fine. En 1999, il est nommé « Cheung Kong Distinguished Professor » par le ministère de l’Éducation chinois. En 2000 et 2001, il effectue deux séjours sabbatiques de quelques mois, le premier au MPI for Polymer Research (avec Klaus Müllen) et le second à l’Institut de recherche Scripps à San Diego (avec M.G. Finn). En 2011, il est nommé membre de l’Académie des sciences chinoise.

He Tian est un spécialiste reconnu internationalement dans le domaine des matériaux organiques pour l’optique et l’optoélectronique : molécules et polymères pour OLED, colorants sensibilisateurs pour cellules solaires organiques, molécules fonctionnelles pour le stockage de l’information, commutateurs et machines moléculaires, matériaux fluorescents et capteurs, colorants infrarouges.
Il a publié plus de 460 articles dans des revues internationales de fort impact qui ont conduit à plus de 20 000 citations (facteur h = 77), écrit dix chapitres de livres et déposé plus de cent brevets chinois. Il a présenté plus de 40 conférences invitées dans des congrès nationaux et internationaux, encadré 55 doctorants et obtenu de nombreux prix en Chine.

Depuis 2010, il est co-éditeur de Dyes and Pigments (Elsevier) et membre du comité éditorial de nombreux journaux : Polym. Chem. (Wiley), Chem. Sci. (RSC), Chem – Asian J. (Wiley), Adv. Opt. Mater. (Wiley), Adv. Electron. Metr. (Wiley).

He Tian a toujours cherché à promouvoir les collaborations franco-chinoises entre l’Institut de chimie fine (ECUST) dont il est directeur depuis 1994 et diverses équipes de recherche françaises. Trois projets collaboratifs à long terme ont été établis : deux avec l’ENS Cachan (Keitaro Nakatani et Juan Xie) et un avec l’UCB Lyon 1 (Marc Lemaire), qui ont conduit au co-encadrement de onze doctorants et à la publication de 30 articles dans des journaux internationaux. Il a organisé à Shanghai deux workshops franco-chinois en 2006 et 2009, et son laboratoire est depuis 2008 partenaire du GDRI PHENICS (PHoto-switchablE orgaNIC molecular systems & deviceS) coordonné par Keitaro Nakatani (ENS Cachan) regroupant plus de 50 équipes en France, Chine, Japon et Russie, travaillant dans le domaine des systèmes photochromes.

Dans le domaine de la formation, il a participé à la mise en place d’un programme original entre l’ECUST et la Fédération Gay-Lussac (FGL) qui regroupe les écoles de chimie et de génie chimique. Ce programme, de formation franco-chinoise bilingue (type classe préparatoire) à l’attention des étudiants de l’ECUST, permet après trois ans à 20-25 étudiants d’intégrer les écoles d’ingénieurs de la FGL (1re année) et d’obtenir un Bachelor de l’ECUST à l’issue de la 1re année en France et le diplôme d’ingénieur de l’école choisie à l’issue de la 3e année.

Le Prix franco-chinois lui est attribué pour ses travaux remarquables et sa renommée internationale sur les matériaux organiques pour l’optique et l’optoélectronique ainsi que pour les coopérations dynamiques établies avec des chimistes français et la Fédération Gay-Lussac.

Pierre-H. Dixneuf

Pierre H. Dixneuf, premier lauréat du Prix France-Chine

Nos collègues chinois de la Chinese Chemical Society (CCS) ont annoncé début août 2014 à Pékin, lors de la 29e réunion annuelle de leur société, l’attribution du Prix franco-chinois 2014 à Pierre H. Dixneuf pour son œuvre scientifique et le développement de relations fructueuses avec de nombreux laboratoires de la République Populaire de Chine.

Shi-Gang Sun

Shi-Gang SUN, 61 ans, est professeur de Chimie à l’Université de Xiamen.

Après des études à l’Université de Xiamen, Shi-Gang SUN rejoint l’Université Pierre et Marie Curie en 1982 pour y préparer un DEA sous la direction du Prof. Roger Parsons (FRS) puis une thèse sous la direction du Dr Jean Clavilier. Il obtient le Doctorat ès sciences en Septembre 1986. Il reste une année supplémentaire en France et effectue son post-doctorat au Laboratoire d’électrochimie interfaciale du CNRS à Meudon-Bellevue. Ce séjour de cinq ans en France explique la remarquable maîtrise du français que possède Shi-Gang SUN.

Il rentre en Chine fin 1987 et, après un post-doctorat à l’Université de Xiamen, y est nommé professeur associé en 1988 Département de Chimie) puis professeur en 1991. Il effectue de nombreux séjours à l’étranger, en particulier dans les Universités de Guelph (Canada), Hong Kong (Chine) et Hokkaido (Japon).

Shi-Gang SUN est un électro-chimiste de réputation internationale pour ses recherches sur la fonctionnalisation d’électro-catalyseurs à base de platine. Ses travaux les plus remarquables concernent la synthèse contrôlée de nano-cristaux tétrahexaèdriques de platine terminés par des facettes à haut indice et présentant des activités catalytiques très élevées, notamment pour l’oxydation de l’acide formique et de l’éthanol. Il a aussi mis au point un microscope FTIR pour l’étude des surfaces de ces catalyseurs et s’est intéressé aux matériaux d’électrode pour les batteries Lithium-ion.

Shi-Gang SUN a une production scientifique abondante avec près de 400 publications, 2 livres et 16 chapitres de livres, conduisant à 9000 citations environ et un facteur h de 43. Il a déposé 14 brevets.

Ses résultats remarquables lui ont valu de nombreux prix d’organismes et sociétés savantes Chinoises ainsi que de la Société Internationale d’Electrochimie. Shi-Gang SUN est Président de la Société Chinoise d’Electrochimie depuis 2011 et membre actif du bureau de la Société Chinoise de Chimie (CCS). Il est Fellow de la RSC (UK) et de la Société Internationale d’Electrochimie. Il est éditeur associé de la revue ‘Electrochimica Acta’ depuis 2012 et participe aux bureaux éditoriaux de plusieurs revues internationales. Il a organisé de nombreuses conférences internationales, notamment franco-chinoises (en 2004 et 2007).

Shi-Gang SUN entretient de nombreuses collaborations internationales (Royaume Uni, Allemagne, Russie, Japon, Canada et EU) et notamment avec ses collègues français, (Paris, Strasbourg, Orsay, Montpellier, Perpignan et Poitiers) qui se sont traduites par des publications communes et 2 thèses en co-tutelle (ENSCP - 2009 et Perpignan - 2014).

La SCF lui attribue le prix Franco-Chinois 2014-2015, pour ses découvertes remarquables et sa renommée internationale dans le domaine de l’électrochimie, ainsi que pour les coopérations actives qu’il a établies avec des chimistes français.

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère