Franco-Espagnol

Présentation

Le prix franco-espagnol « Miguel Catalán - Paul Sabatier » est un prix bisannuel, créé en partenariat avec la Real Sociedad Española de Química. Il est remis en France à un chimiste espagnol chaque année paire, et en Espagne à un chimiste français chaque année impaire. L’octroi du prix, selon l’accord réciproque passé avec la RSEQ, est couplé avec la venue en France du lauréat espagnol pour trois conférences dont les titres et dates sont diffusés par les canaux habituels de la SCF.
Selon le souhait des lauréats, L’Actualité Chimique pourra publier une mise au point relative à leurs travaux récents.
Les candidatures doivent être présentées par une section régionale ou une division scientifique de la SCF.

Le jury

Le jury est le même que pour les Grands Prix nationaux de la SCF. Il est constitué de sept personnalités internationalement reconnues, membres de la SCF, dont la liste est soumise à l’avis du conseil d’administration de la SCF. Le jury peut s’entourer d’avis extérieurs, essentiellement en provenance de l’étranger. Les critères habituels de sélection des dossiers et de classement des candidats par le jury sont communiqués au conseil d’administration.

Modalités d’attribution

Le jury a à sa disposition la liste des prix attribués ces dix dernières années, avec le profil scientifique des lauréats. Chaque candidat fait l’objet d’un rapport qui doit mettre en lumière ses qualités scientifiques et son aptitude à recevoir ce Prix, dont une collaboration avérée avec des chimistes français ou des échanges avec la France est un des critères.
Ces rapports (2 pages au maximum) seront transmis au bureau de la SCF pour communication aux membres du conseil d’administration.
Le coordonnateur du jury présente ensuite un rapport global et une proposition de classement des candidats devant le conseil d’administration.
Le choix définitif est, autant que faire se peut, entériné de manière consensuelle après discussion en présence du coordonnateur du jury.
Si besoin est, un vote à bulletin secret est effectué à la majorité absolue des suffrages exprimés pour les deux premiers tours du scrutin.
Le jury doit par la suite fournir un court texte de justification concernant les lauréats pour diffusion externe.

Communication des résultats

Peu après le conseil d’administration et que les lauréats aient été personnellement informés, les résultats sont annoncés sur le site Internet de la SCF et présentés dans L’Actualité Chimique accompagnés du texte de justification.

Remise des Prix

La remise des Prix binationaux a lieu dans le cadre de la cérémonie solennelle des Grands Prix de la SCF, généralement au 2e trimestre de l’année suivante. Une mise au point sur les travaux récompensés peut être publiée dans L’Actualité Chimique après accord entre chaque récipiendaire et la rédaction de L’Actualité Chimique.

Lauréat 2018

Francisco Lloret Pastor

Le Prix franco-espagnol est décerné à Francisco Lloret Pastor pour ses travaux remarquables sur la synthèse et le design de complexes métalliques polynucléaires à propriétés magnétiques contrôlées, et pour son implication avec la communauté française.

Après son doctorat à Valence en 1982 sous la direction de Juan Faus Payá au sein du Laboratoire de chimie de coordination, il a enseigné dans divers collèges universitaires (Collège de San Pablo, Collège de Castillon), puis effectué un stage postdoctoral (1985-1987) au sein du laboratoire d’Olivier Kahn (Orsay). Il est nommé en 1987 maître de conférences au Département de Chimie inorganique de l’Université de Valence et professeur en 2000. Il est actuellement responsable du groupe Chimie de coordination de l’Institut de Science Moléculaire dirigé par E. Coronado, un institut de référence en Espagne.

Au début de sa carrière, Francisco Lloret Pastor est impliqué dans des travaux ayant trait à l’étude des complexes des métaux de transition en solution en mettant en œuvre les techniques classiques de potentiométrie et spectrophotométrie. C’est lors de son stage postdoctoral dans le laboratoire d’Olivier Kahn qu’il abandonne la chimie des solutions pour s’impliquer dans des projets axés essentiellement sur la chimie inorganique moléculaire à l’état solide. Il développe alors la chimie d’aimants moléculaires à l’état solide à partir de systèmes bimétalliques, et à son retour en Espagne en 1987, son projet est focalisé sur la synthèse raisonnée de matériaux magnétiques à partir de synthons moléculaires. Cette collaboration très fructueuse entre les instituts de Valence et d’Orsay, qui implique de nombreux chercheurs dans les communautés espagnoles et françaises, est à l’origine de la création d’équipes de recherche dans d’autres universités espagnoles dont l’activité était centrée sur le magnétisme moléculaire
Les nouveaux concepts et les nouvelles approches pour comprendre les propriétés magnétiques des complexes métalliques polynucléaires qu’il a développés durant 35 ans expliquent l’impact de ses travaux, qui lui ont valu de nombreux prix et une reconnaissance internationale (Prix national de recherche en chimie inorganique de la Real Sociedad Española de Química en 2005, élu membre de l’Academia Europaea et Docteur Honoris Causa de l’Université de Bucarest en 2014).

Auteur ou co-auteur de 550 publications dans des journaux d’audience internationale (près de 22 000 citations, indice h : 76), il est membre de nombreux conseils éditoriaux (Magnétochimie), de nombreuses commissions nationales espagnoles (Conseil d’administration du groupe Matériaux de la Société Royale de Chimie, expert et « Peer Reviewer » de l’Agence nationale d’évaluation et de prospective (ANEP, Secrétariat d’État à la Recherche)), du ministère de la Science et de l’Innovation, ainsi que de l’Agence pour l’évaluation de la qualité et de l’accréditation (ANECA, ministère de la Science et de l’Innovation).

Depuis son passage chez Olivier Kahn, Francisco Lloret Pastor a développé de nombreux et fructueux liens avec la communauté des chimistes français. Professeur invité, il a collaboré avec des centres de recherche (Paris Sud Orsay, UPMC, Universités de Grenoble, Bordeaux, Toulouse, Lyon 1, Rennes 1, Angers…). Ces projets bilatéraux (six actions intégrées Picasso, projets INTAS), un laboratoire européen associé entre l’Institut de science moléculaire de l’Université de Valencia et l’Institut parisien de chimie moléculaire et un PICS CNRS ont conduit à plus de 90 publications communes dont une trentaine durant la dernière décennie.

Carmen Claver

Professeure en chimie inorganique à l’Université Rovira i Virgili de Tarragona, Carmen Claver a été formée par Luis Oro à Zarragoza et Philippe Kalck à Toulouse. Elle a acquis une double culture franco-espagnole et s’est très vite orientée vers la double thématique chimie de coordination/organométallique et catalyse. À la tête du groupe « Chimie organométallique et catalyse homogène » depuis 1987, elle s’intéresse aux métaux nobles, nouveaux ligands et mécanismes réactionnels pour orienter la sélectivité dans des réactions d’hydrogénation, carbonylation, couplage carbone-carbone et applications en pétrochimie et chimie fine. Plus récemment, elle s’est intéressée aux nanoparticules métalliques (Rh, Ru, Co) pour la transformation de ressources renouvelables et de CO2.

Elle est auteur ou co-auteur d’environ 270 articles, de cinq brevets et de nombreux chapitres d’ouvrages (facteur h de 45). Elle a donné des conférences invitées dans de nombreux pays et a coordonné 38 projets collaboratifs et 5 projets européens.
Carmen Claver a des relations privilégiées avec la France. Après un stage postdoctoral à Toulouse (1985-1987), elle a été « Visiting Professor » à l’Université de Caroline du Nord (1998), puis invitée comme professeur-visiteur à Dijon, Bordeaux et Toulouse et a obtenu une chaire d’excellence Pierre de Fermat de six mois en 2009, chaire qui lui a permis de nouer des contacts scientifiques avec de nombreux laboratoires français. Elle a participé au Conseil scientifique d’IFPEN puis siégé au Conseil scientifique du CNRS de 2010 à 2014.

Le Prix franco-espagnol lui est attribué pour ses découvertes remarquables en chimie organométallique, et pour ses coopérations actives avec des chimistes français et sa participation à la vie scientifique d’organismes français de la recherche.

Nazario Martin

Nazario Martin, 58 ans, est professeur catedratico à l’Université Complutense de Madrid

Nazario Martin a soutenu sa thèse à l’Université de Madrid en 1984, fait des séjours post-doctoraux à Tübingen et Santa Barbara et a été nommé professeur titulaire en 1989 à l’université de Computense.

Chimiste des arrangements nanostructurés du carbone : fullérènes, nanotubes de carbone et composés aromatiques il a innové en particulier dans la fonctionalisation énantiosélective des C60, par cycloadditions énantioselectives, la formation de polymères supramoléculaires contenant des fullérènes, les transferts d’électrons photoinduits dans les fullérènes, et la production de matériaux électroniques moléculaires et de systèmes photosynthétiques artificiels et les matériaux photovoltaïques.

À ce jour ses travaux ont donné lieu à 460 publications, 6 livres sur la chimie supramoléculaire des fullérènes et des nanotubes et de nombreux chapitres de livres. Son facteur h=55 avec 15000 citations.

Il a obtenu de nombreux prix : Dupont Award for science (2007), médaille d’or de la Société chimique espagnole (2013), A. v Humboldt (2013), Richard E. Smalley Award USA (2013). Il a obtenu une « ERC Advanced grant » en 2013.

Il a été président (2006-2012) de la Société Chimique Espagnole SRCE. Il a participé à la création d’un institut des nanosciences à Madrid et Il est ou a été dans le bureau éditorial d’un grand nombre de journaux : de Chem. Commun. Et ChemSusChem, … à Fullerenes …. Et Accounts of Chemical research.

Il a de nombreuses coopérations avec des chimistes français, notamment à Nancy, Angers et en particulier Strasbourg, qui se traduisent notamment par une thèse en co-tutelle (2013) (Strasbourg), 4 publications, 1 livre et 4 chapitres de livres en coopération.

La SCF lui décerne le prix Franco-Espagnol pour ses découvertes remarquables et sa renommée internationale dans le domaine des composés du carbone nanostructurés et les coopérations actives qu’il a établies avec des chimistes français.

Santiago Alvarez-Reverter

Présenté par la division de Chimie de coordination
60 ans. Professeur à l’Université de Barcelone

Après un Master de chimie à l’Université de Barcelone en 1974, il obtient le grade de docteur en 1980 pour des travaux en collaboration avec Montpellier. Il est alors professeur associé à Barcelone, puis, en 1983-84, visiting professor à l’Université Cornell aux Etats-Unis, stage renouvelé de 2 mois en 1987, à l’Université de Caroline du Nord. La même année, il est nommé professeur de chimie inorganique à Barcelone. Depuis, il a effectué entre 1995 et 2008 plusieurs séjours comme visiting professor ou chercheur à l’UPMC et à l’Université d’ Antofagasta.
C’est un chimiste théoricien connu pour un programme de calcul sur les symétries (SHAPE) et les propriétés magnétiques, et les nouveaux concepts en chimie de coordination touchant aux polyèdres et les concepts de symétrie latente. C’est par ailleurs un promoteur de la culture scientifique par les conférences NoSIC, qu’il a créées, et par ses articles sur la chimie et l’art, notamment musical.
Ses travaux ont donné lieu à 280 publications, 8 576 Citations, plus de 80 conférences ou séminaires. Il a obtenu en 2003 le prix de la Real Sociedad de Química Española et le prix Solvay. Depuis 2005, il est Fellow de la Royal Society of Chemistry, membre de l’Académie Royale des Sciences en Espagne et de l’European Acadademy of Sciences. Il participe au comité éditorial des Dalton Transactions et est membre d’un groupe de travail de l’IUPAC. Il a et a eu de nombreuses relations avec des groupes français, notamment d’Angers, Bordeaux, Dijon, Lyon, Rennes, Toulouse… Plusieurs chercheurs français ont été doctorants dans son laboratoire. Très francophile, il aime la culture non seulement chimique mais aussi artistique française.

Carmen Najera

Le Prix Franco-Espagnol 2010 a été attribué à :
Carmen Najera, professeure de chimie organique à l’université d’Alicante (Espagne)
pour ses travaux originaux en chimie de synthèse et ses collaborations avec la communauté des organiciens français.
Candidature présentée par la division de chimie organique.

Après un Master de chimie en 1977 à Saragosse, Carmen Najera passe sa thèse à l’université d’Oviedo en 1979. Assistante à Oviedo dès 1982, elle est nommée professeure associée à Alicante en 1988, après plusieurs séjours de quelques mois à l’ETH de Zurich, à l’université d’Oxford, à l’université d’Harvard et à l’université d’Uppsala, de 1983 à 1987. En 1993, elle est nommée professeure de chimie organique à Alicante.

Ses thèmes sont ceux de la synthèse en chimie organique, partant de la chimie des sulfones, la synthèse asymétrique, les complexes chiraux et les réactions enantiosélectives.
Sa production scientifique est riche de près de 240 publications, elle a dirigé ou co-dirigé 29 thèses et est auteur de 4 brevets. On compte 100 conférences à son actif.

Elle a été directrice du département de chimie de l’université d’Alicante et y a fondé une start up, Medachemy.

En 2006, elle a obtenu le prix Rosalind Franklin lectureship de la RSC et, la même année, le prix Janssen Cilag de la Société royale de chimie espagnole. Elle a été visiting professor à l’Arizona University (1991), à l’université Bahia Blanca, en Argentine (1998), à l’université Louis Pasteur de Strasbourg (2002) et à l’ENSCP de Paris (2006).

Membre de plusieurs comités éditoriaux : European Journal of Organic Chemistry, Letter in Organic Chemistry, Synlett, Synthesis.

Elle a collaboré ou collabore encore avec nos collègues chimistes de Strasbourg et de l’ENSCP.

Miguel Julve Olcina

Miguel Julve Olcina pour ses très beaux travaux en chimie et magnétisme moléculaire et pour ses nombreuses collaborations avec la communauté française

Avelino Corma

Avelino Corma, pour ses contributions dans les domaines de la catalyse hétérogène et de la science des matériaux notamment poreux et des applications en
pétrochimie et chimie fine.

Ernesto Carmona

Ernesto Carmona, spécialiste de la chimie organométallique, très reconnu au niveau international, y compris hors de sa discipline comme le montre en particulier sa présence dans les comités éditoriaux de nombreuses « grandes » revues, a de nombreuses collaborations en France, en particulier au travers de réseaux européens. Ce n’est pas un hasard qu’il ait été choisi comme conférencier pour les célébrations du 70e anniversaire de la Maison de la Chimie (8 et 9 juillet 2004 à Paris).

José Luis Marco-Contelles

José Luis Marco-Contelles (Institut de chimie organique du Conseil supérieur de recherche scientifique de Madrid), spécialiste de la chimie organique

Maria Vallet-Regi et José Gonzales-Calbet

Michel Yus

Luis A. Oros

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère