Franco-Polonais

Présentation

Le Prix Franco-Polonais est un prix bisannuel, créé en partenariat avec la Polish Chemical Society (PTC). Il est remis en France à un chimiste polonais chaque année impaire, et en Pologne à un chimiste français chaque année paire. L’octroi du prix, selon l’accord réciproque passé avec la PTC, est couplé avec la venue en France du lauréat polonais pour trois conférences dont les titres et dates sont diffusés par les canaux habituels de la SCF.
Selon le souhait des lauréats, L’Actualité Chimique pourra publier une mise au point relative à leurs travaux récents.
Les candidatures doivent être présentées par une section régionale ou une division scientifique de la SCF.

Le jury est le même que pour les Grands Prix nationaux de la SCF. Il est constitué de sept personnalités internationalement reconnues, membres de la SCF, dont la liste est soumise à l’avis du conseil d’administration de la SCF. Le jury peut s’entourer d’avis extérieurs, essentiellement en provenance de l’étranger. Les critères habituels de sélection des dossiers et de classement des candidats par le jury sont communiqués au conseil d’administration.

Modalités d’attribution

Le jury a à sa disposition la liste des prix attribués ces dix dernières années, avec le profil scientifique des lauréats. Chaque candidat fait l’objet d’un rapport qui doit mettre en lumière ses qualités scientifiques et son aptitude à recevoir ce Prix, dont une collaboration avérée avec des chimistes français ou des échanges avec la France est un des critères.
Ces rapports (2 pages au maximum) seront transmis au bureau de la SCF pour communication aux membres du conseil d’administration.
Le coordonnateur du jury présente ensuite un rapport global et une proposition de classement des candidats devant le conseil d’administration.
Le choix définitif est, autant que faire se peut, entériné de manière consensuelle après discussion en présence du coordonnateur du jury.
Si besoin est, un vote à bulletin secret est effectué à la majorité absolue des suffrages exprimés pour les deux premiers tours du scrutin.
Le jury doit par la suite fournir un court texte de justification concernant les lauréats pour diffusion externe.

Communication des résultats

Peu après le conseil d’administration et que les lauréats aient été personnellement informés, les résultats sont annoncés sur le site Internet de la SCF et présentés dans L’Actualité Chimique accompagnés du texte de justification.

Remise des Prix

La remise des Prix binationaux a lieu dans le cadre de la cérémonie solennelle des Grands Prix de la SCF, généralement au 2e trimestre de l’année suivante. Une mise au point sur les travaux récompensés peut être publiée dans L’Actualité Chimique après accord entre chaque récipiendaire et la rédaction de L’Actualité Chimique.

Lauréat 2017

Maria Ziolek

Professeure à l’Université de Poznan

La SCF a décidé de décerner à Maria Ziolek le prix Franco-Polonais, pour ses travaux remarquables sur le développement de matériaux micro- et mésoporeux contenant des métaux de transition (nobium en particulier), ainsi que pour les coopérations fructueuses établies avec de nombreux laboratoires français.

Maria Ziolek a obtenu en 1976 un doctorat en physique-chimie à l’Université Adam Mickiewicz (AMU) de Poznań (Pologne), suivi d’un post-doctorat à l’Institut Fritz Haber de Berlin. Elle a été nommée chercheur associé à l’AMU, professeure associée en 1985, puis « full professeur » en 1996. Depuis 1990, elle dirige le département de Catalyse hétérogène de la Faculté de chimie de cette université.

Maria Ziolek est une personnalité de tout premier plan de la communauté polonaise et internationale en catalyse. Elle a contribué très activement à la synthèse, à la caractérisation et au développement de matériaux micro- et mésoporeux originaux, en particulier de systèmes contenant des métaux de transition (Nb, Ta, V, Mo, Fe, Cu..). Ses travaux les plus cités (Chemical Reviews, 1999, 392 citations) et les plus originaux concernent l’introduction de métaux du groupe V, comme le niobium dans des aluminosilicates poreux mésostructurés (NbMCM-41, NbSBA-15…) pour lesquels elle a mis en évidence des propriétés caractéristiques pour les réactions d’époxydation des oléfines. Avec son groupe, elle a aussi synthétisé des oxydes simples ou mixtes mésoporeux contenant du niobium, cérium, zirconium et zinc qui ont été utilisés comme catalyseurs et supports de métaux nobles.

Maria Ziolek a produit plus de 230 articles, 5 chapitres de livres et 8 brevets, et donné plus de 420 présentations dans des symposiums et conférences nationales et internationales.

Tout au long de sa carrière, Maria Ziolek a été très active dans la promotion de la recherche polonaise aux niveaux national et international. Parmi ses activités les plus marquantes, il faut mentionner un grand nombre de collaborations qu’elle a initiées avec la France et d’autres pays européens. On peut ainsi citer une longue collaboration avec Hellmut Karge du Fritz Haber Institute (Allemagne), des collaborations plus récentes avec des laboratoires espagnols (CSIC, UNED de Madrid – 25 publications) et surtout la coopération avec des laboratoires français tels le LCS à Caen, le LRS à Paris et l’IRCELYON avec lesquels elle a publié une cinquantaine d’articles. Depuis 1986, on peut signaler tout particulièrement les travaux avec Jean-Claude Lavalley (LCS Caen) sur des sujets en relation avec la transformation catalytique de produits sulfurés, puis avec Marco Daturi sur l’étude de catalyseurs d’oxydation, la dépollution de l’air et la dépollution automobile notamment. On peut aussi noter d’autres collaborations avec le groupe de Michel Che ainsi qu’avec des industriels français (Rhône-Poulenc – synthèse de molécules soufrées).

Maria Ziolek a participé à de nombreux comités au sein de l’Union européenne (programme COST, Bologna Expert for European Higher Education Area (nommée par le ministre de 2004-2013), et depuis 2011 présidente du Bologna Expert Team), et s’est particulièrement investie dans les actions en faveur de la mobilité des étudiants au travers du programme Erasmus.

Ses travaux et activités ont été récompensés par de nombreuses distinctions et prix (médailles de l’UMA, médaille de l’U-Gdansk, prix Polonia Restituta en 2013 (seconde plus haute distinction civile en Pologne). Enfin, elle a été nommée membre de l’Académie des sciences polonaise en 2005

Karol Grela

45 ans, Professeur à l’Institut de Chimie Organique de Varsovie

Le jury propose au conseil d’administration de la SCF de lui attribuer le prix Franco-Polonais, pour ses découvertes remarquables sur les catalyseurs pour la métathèse des oléfines et sa renommée internationale dans ce domaine ainsi que pour les coopérations dynamiques établies avec des chimistes français.

Karol GRELA a effectué toute sa carrière à l’Institut de Chimie Organique de Varsovie. Il y est actuellement professeur et directeur du Laboratoire de synthèse organométallique. C’est l’un des chimistes européens le plus en vue dans le domaine de la métathèse des oléfines. Il doit sa renommée internationale au développement de nouveaux catalyseurs de métathèse des oléfines où le ruthénium est complexé par un carbène chélatant. Les propriétés électroniques des complexes et donc leur réactivité sont modulées par des substituants comme un nitro-aromatique. Des ligands bis chélatants ont été introduits qui assurent une stabilité plus grande du complexe précurseur qui engendre l’espèce catalytique active. Karol Grela a aussi développé des complexes associant aux propriétés catalytiques des propriétés tensio-actives pour réaliser des réactions de métathèse dans l’eau. Les réactions sont ainsi plus efficaces qu’avec les catalyseurs classiques de type Grubbs ou Grubbs-Hoveyda. Des catalyseurs brevetés de métathèse portent le nom de catalyseur de Grela et sont commercialisés (Degussa, Umicore AG).

Karol Grela a mené de très nombreuses collaborations avec des industriels européens et a créé sa propre société Apeiron. Ses concepts ont également fait l’objet de développement par des industriels. De nombreux produits naturels ont été synthétisés grâce à ces nouveaux catalyseurs par des universitaires et des compagnies pharmaceutiques.

Karol Grela est auteur de 129 publications dans des journaux de très grande qualité, 3 chapitres de livre avec 4000 citations et un facteur h de 34, excellent à ce stade de carrière. Il est l’auteur de 13 brevets et a donné 86 conférences dans des congrès internationaux et dans des universités à l’étranger.

Karol GRELA a développé des interactions fortes avec des laboratoires français à Toulouse, à Rennes. Il collabore également avec l’IFP-Energies nouvelles.

Wojciech J. Stec

Wojciech J. STEC

Professeur de Chimie Organique et Bioorganique à Lodz,

Wojciech J. Stec a obtenu son Doctorat à l’Université Technique de Lodz (Pologne). Après un séjour post-doctoral aux USA, il entre au « Centre of Molecular and Macromolecular Studies » de l’Académie des Sciences de Pologne à Lodz. Il y fonde le Département de Chimie Bio-organique, dont il restera le directeur durant toute sa carrière.

Il a focalisé ses travaux de recherche sur la chimie du phosphore avec une contribution marquante concernant le développement de méthodes de synthèse stéréospécifique d’organophosphorés chiraux avec une attention particulière pour l’association de phosphore et de soufre ou de sélénium au sein de composés biologiquement actifs. Parmi ses contributions scientifiques les plus importantes, on note une nouvelle voie de synthèse stéréospécifique de diesters et amidoesters d’acides phosphorothioiques ou d’acides phosphoriques marqués, référencée dans les livres de Chimie Organique sous le nom de réaction de Stec. Ses travaux l’ont conduit à la création d’une entreprise IFOTAM à Lodz, dédiée à la synthèse de molécules anticancéreuses. Par ailleurs, il entretient de fructueuses collaborations avec des chercheurs français.

Le travail de W.J. Stec se mesure par une liste d’environ 400 publications, chapitres de livres ainsi que de nombreux brevets. Il a supervisé une trentaine de thèses. Sa production scientifique se traduit par plus de 6000 citations, un taux de 20,4 citations par article.

En 2004, il est lauréat du prix Marie Curie – Sklodowska de la fondation pour la Science Polonaise. En 2006, il est désigné « Inventeur Européen de l’année » par l’Office des Brevets Européen (The European Commission’s Directorate – General Enterprise and Industry). W.J. Stec est actuellement membre de l’Académie des Sciences de Pologne.

Sur proposition du jury, le conseil d’administration de la SCF lui décerne le Prix Franco-Polonais, pour ses contributions majeures au développement de méthodes de synthèse stéréospécifique d’organophosphorés chiraux ainsi que pour les liens étroits qu’il a créés avec les chimistes français.

Krzysztof Matyjaszewski

Présenté par la division de chimie du solide
61 ans. Professeur à Carnegie Melon University USA (double nationalité : polonaise et américaine)

Krzysztof Matyjaszewski a suivi des études à l’université de Moscou jusqu’en 1972. En 1976, il obtient son doctorat à l’Académie des Sciences Polonaises, puis fait son post doc à l’université de Floride. En 1977-1978, il revient à l’Académie Polonaise comme chercheur associé, jusqu’en 1984. En 1985, il est sur un poste rouge CNRS invité, à Paris, à l’UPMC. La même année, il passe son habilitation année à Lodz. De 1985 à 1998, il est professeur associé puis professeur à Carnegie Melon University, où de 1994 à 1998, il est chef du département de chimie. Il obtient la chaire J. L. Warner en 1998 et, depuis 2004, il est full professor.
C’est un expert mondial en polymères. Ses recherches ont couvert les matériaux hybrides, les mécanismes de croissance, les polymères ATRP, les polymérisations radicalaires contrôlées, l’ingénierie moléculaire pour obtenir des polymères sur mesure. La structure, le contrôle et la synthèse des macro molécules complexes. Les polymères blocs et la topologie des chaînes polymériques fonctionnelles. La synthèse de polymères hybrides pour l’optoélectronique ou le biomédical…
Il a reçu de nombreuses distinctions : entre 1974 et 1980, des prix de l’Académie Polonaise et de la Société chimique polonaise ; en 1998, la chaire Elf de l’Académie des Sciences en France ; en 2002, il est Docteur Honoris Causa de l’université de Gand. En 2004, il reçoit le prix de la Fondation pour la Science polonaise. Docteur Honoris Causa de l’Académie russe en 2006, de l’université d’Athènes en 2008, de l’INP de Toulouse en 2010. Il est fellow de l’ACS et a reçu plus de 20 autres prix dont le très récent prix Wolf.
Auteur de 1 097 publication avec 43 885 citations (un maximum sur les polymères ATRP de 3 037 !), co auteur de 14 livres, 73 chapitres, 38 brevets US (26 en applications) et 117 autres brevets internationaux.
Il est éditeur de Progress in Polymer Science et Control European Journal Chemistry. Il fait partie de l’editorial board de Chem centr. J., Chines J. Polymer Sc., Intern J. of Applied Chem., J. Inorg. Organometal. Polymer, J. Nano Structure Polymer, Macromol. Chem. Phys., J. Polymer Sc..
Il a été de nombreuses fois invité comme professeur à Paris (1985, 1990, 1997, 1998, 2005), ainsi qu’à Strasbourg (1992) et à Bordeaux (1996, 2004). De nombreuses publications illustrent ces collaborations.

Marek. C .Chmielewski

Marek. C .Chmielewski était présenté par la division de Chimie organique.
Âgé de 67 ans, professeur à l’Institut de Chimie Organique de Varsovie.

Assistant en 1965 de l’Académie des Sciences de Pologne, il passe son doctorat en 1972 puis séjourne, de 1973 à 1974, à l’université de Purdue (US ) en stage post doctoral. Il obtient son habilitation en 1981 et passe alors un an à l’université de l’Illinois. En 1991, il est nommé Professeur à Varsovie. Il a fait par ailleurs de nombreux séjours courts en France, à Paris, Lyon, Strasbourg, Nantes, Orléans et Toulouse.

Ses recherches portent principalement sur la chimie des produits naturels, sur les carbohydrates et betalactanes. Spécialiste des méthodes et « tactiques » de cycloadditions, il a apporté des résultats importants dans le domaine des hétérocycles notamment azotés.
Auteur de 196 publications référencées, il fait ou a fait partie du Board éditorial de 6 journaux
internationaux et d’ARKIVOC. Il a contribué à l’organisation de 12 congrès internationaux. Directeur des recherches à l’institut de chimie organique de l’ Académie des sciences de Pologne de 19 87 à 2004, il en est le directeur depuis 2004 et est depuis 2007 Président du conseil des instituts scientifiques de l’ Académie Polonaise. Depuis 2007 aussi, il est membre du Conseil national de la recherche et du développement de Pologne.

Distingué en 1995 et 1998 par l’Académie des Sciences, notamment par le prix Marie Skolodowska – Curie.

Il a par ailleurs collaboré avec des chercheurs français : Rahm à Bordeaux, Czerecki à Paris 6, Rolin à Orléans, et S Perez à Grenoble.

Jerzy Pielaszek

Institut de chimie physique à Varsovie

Kazimierz Michael Pietrisiewicz

Kazimierz Michael Pietrisiewicz, 68 ans, après un doctorat en 1976 à l’université de Lodz pour son travail sur de nouvelles méthodes de synthèse de phospholane cyclique, il a effectué un post doc à l’université de Caroline du Nord aux Etats-Unis où il a travaillé sur l’analyse structurale du tetrahydropropyrane par RMN du 13C, et du17O.

De retour à Lodz au CMMS (Center of molecular and macromolecular studies) il a mené des recherches sur les vinyl phosphine P-stéréogéniques et leurs dérivés. Ces composés dont il a décrit la synthèse stéréosélective en utilisant le menthol comme inducteur asymétrique, s’avèrent des synthons de choix pour préparer de nombreux ligands ou dérivés chiraux par des réactions de Diels Alder, Heck, additions dipolaires 1,3, Michael… De très élégantes synthèses asymétriques de composés cyclique et d’héterocyles ont ainsi été décrites à partir de ces synthons. Ces travaux l’ont mené récemment à s’intéresser à la chimie des ligands chiraux et à la catalyse asymétrique. Il a ainsi mis au point la synthèse diphosphines basiques dissymétriques très efficaces en catalyse asymétrique, qui lui vaut une collaboration importante avec la société suisse Roche.

Il est l’auteur de plus de 110 publications.

Professeur à l’université de Varsovie et à l’université de Lubin, il anime deux équipes de recherche dans chacun de ces lieux.

Stanislaw Penczek

Membre de l’Académie polonaise des sciences, spécialiste des polymères.

Stanislaw Penczek, 68 ans, est membre de l’Académie polonaise des Sciences. Il a effectué sa carrière en grande partie à Lodz mais dès 1966 il effectuait un stage post doctoral aux États-Unis. De ses nombreuses collaborations internationales (Japon, Belgique, Suède), nous pouvons retenir ses séjours répétés dans les universités françaises (Paris, Strasbourg) et le fait qu’il est été le premier à bénéficier d’une chaire Elf-Académie des Sciences (1993). Il a toujours oeuvré pour le rapprochement scientifique entre les chimies française et polonaise.
Stanislaw Penczek fait partie des tout premiers polyméristes au monde dans le domaine de la synthèse macromoléculaire, en particulier dans le cas de la polymérisation par ouverture de cycle.

Il a publié plus de 260 articles dont 8 monographies, 15 chapitres de livres, 202 articles originaux et 26 mises au point scientifiques. Il est membre de comités de rédaction de plusieurs journaux et est le rédacteur en chef adjoint de « e-Polymers », le premier journal électronique dans le domaine des polymères. Il est également très actif au sein de la division Polymères de l’IUPAC dont il a présidé récemment de « World Polymer Congress ».

Ce prix récompense ainsi un grand scientifique et ami de la France.

Janisz Jurczak

Mieczyslaw Makosza

Jerzy Haber

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère