Aquitaine

Lauréats

Lauréat 2015

Arnaud Tron

Prix de thèse

La section Aquitaine de la Société Chimique de France (SCF) a décerné le Prix de Thèse 2015 en chimie à Arnaud Tron, qui a réalisé sa thèse à l’Institut des Sciences Moléculaires de Bordeaux (ISM). Il est récompensé pour ses travaux sur les Molécules Entrelacées : Conception, Photocapture et Commutation Photoinduite.

Résumé : L’implémentation d’un agent structurant impliquant un macrocycle à 31 membres et intégrant un récepteur de type Hamilton / bis(2,6-diamidopyridine) a permis de concevoir des [2]rotaxanes via une réaction click catalysée par du cuivre(I), soit à partir d’un pseudorotaxane en présence d’un barbiturique fonctionnalisé, soit par une méthode de « gabarit actif ». Ces structures supramoléculaires ont été rendues photochimiquement actives en exploitant des analogues de récepteurs Hamilton incorporant des groupements photodimérisables de type 9-anthracène. La photodimérisation et la rétrodimérisation de ces récepteurs en présence d’un fil barbiturique comportant des groupements terminaux encombrants (bouchons) permettent l’assemblage et le désassemblage de rotaxanes via un processus de photocapture. Ces unités 9-anthracène jouent également le rôle de bouchons photoactifs dans la formation d’un [2]rotaxane composé d’un plus petit anneau de type dibenzo-24-couronne-8, dont la photoirradiation résulte en une interconversion topologique inhabituelle entre un rotaxane et un caténane. Deux approches photochimiques ont permis de réguler des machines moléculaires distantes par une communication chimique intermoléculaire, c’est à dire soit par un transfert de molécule photoguidée, soit par un transfert d’électron photoinduit exalté par la présence d’un transfert d’énergie électronique réversible.

Mots clés : Synthèse, molécules entrelacées, photochimie supramoléculaire, anthracène, ruthénium, récepteur Hamilton, barbiturique, communication moléculaire

Gilles Philippot

Prix de thèse

La section Aquitaine de la Société Chimique de France (SCF) a décerné le Prix de Thèse 2014 en chimie à Gilles Philippot, qui a réalisé sa thèse à l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB). Il est récompensé pour ses travaux sur la Synthèse en milieux supercritiques de nanoparticules à base de BaTiO3 : Etude des mécanismes de formation, mise en forme des poudres et ferroélectricité.

Résumé : Dans un contexte où l’électronique est au centre de notre société, la production d’appareils de plus en plus compacts et multifonctionnels concentre les efforts en recherche et développement. Pour répondre à cette attente, une des options est d’augmenter le rendement volumique des composants passifs tels que les condensateurs, en se basant sur l’utilisation de nanoparticules diélectriques du type BaTiO3. Dans un premier temps, l’objectif est d’optimiser la synthèse des nanoparticules de BaTiO3 et de comprendre leurs mécanismes de formation en milieux fluides supercritiques. Pour ce faire nous avons combiné des méthodes d’analyses ex situ telles que la microscopie électronique, la diffraction des rayons X, et les spectroscopies Raman ou infrarouge à des mesures in situ synchrotron de diffraction des rayons X aux grands angles. L’étude a par la suite été transposée à l’élaboration de la totalité des solutions solides Ba1-xSrxTiO3 (0 ≤ x ≤ 1) et BaTi1-yZryO3 (0 ≤ y ≤ 1). Une fois les synthèses optimisées, l’utilisation du « spark plasma sintering » (SPS) nous a permis de mettre en œuvre des céramiques denses et nanostructurées, préservant la taille initiale des particules (20 nm), ceci afin d’étudier les propriétés intrinsèques des matériaux à l’échelle nanoscopique. Enfin, connaissant les propriétés de base de ces nanomatériaux, nous avons pu commencer à développer des matériaux hybrides diélectriques pour l’électronique flexible.

Mots clés : Diélectrique, fluides supercritiques, BaTiO3, céramiques nanostructurées, hybrides.

Juliette Fremaux

Prix de thèse

La section Aquitaine de la Société Chimique de France (SCF) a décerné le Prix de thèse 2013 en chimie à Juliette Fremaux, doctorante au laboratoire de Chimie et Biologie des Membranes et des Nanoobjets (CBMN, UMR 5248), basée à l’Institut Européen de Chimie et Biologie (IECB).

Elle est récompensée pour ses travaux sur la synthèse et la caractérisation structurale de foldamères protéomimétiques à structures hélicoïdales.

La fonction d’une protéine dépend dans une large mesure de sa structure tridimensionnelle, c’est pourquoi de nombreux chercheurs se sont passionnés pour la synthèse des foldamères, molécules de synthèse, bioinspirées, capables d’adopter des structures repliées bien définies. Parmi les différentes classes de foldamères, les oligourées aliphatiques étudiées dans notre laboratoire s’organisent pour former des structures hélicoïdales voisines de l’hélice α des polypeptides naturels.
Pour développer des hélices fonctionnelles mimes de structures biologiques, il est intéressant de mieux comprendre les règles de leur repliement, par exemple en modifiant la nature des unités monomériques. Au cours de cette thèse, j’ai donc testé la compatibilité de la géométrie de l’hélice d’oligourée avec des résidus comportant de fortes contraintes stériques comme des groupements gem-diméthyles et des cycles pyrrolidines.

Grâce à ces observations nous avons développé une nouvelle stratégie de synthèse par condensation de segments qui nous a permis de concevoir des hélices de grande taille (jusqu’à 4 nm) mais également des architectures plus complexes (structures quaternaires) résultant de l’assemblage programmé d’hélices hydrosolubles.

Le-Rang Jeon

Prix de thèse

La section Aquitaine de la Société Chimique de France (SCF) a décerné le Prix de thèse 2012 en chimie à Le-Rang Jeon, doctorante au Centre de Recherche Paul Pascal et à l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (CRPP/ICMCB/Univ. Bordeaux).
Elle est récompensée pour ses travaux sur l’organisation contrôlée de molécules-aimants par chimie de coordination pour concevoir une nouvelle génération de matériaux magnétiques fonctionnant à l’échelle moléculaire.

Depuis leur découverte dans les années 90, les molécules-aimants constituent une classe de matériaux magnétiques qui a attiré l’attention du fait de leur bistabilité magnétique. Ces systèmes donnent l’espoir formidable de pouvoir stocker un bit d’information à l’échelle moléculaire. Ainsi, leur organisation dans des réseaux est devenue un enjeu essentiel en vue de leur intégration dans des dispositifs.

Lors de cette thèse, l’organisation contrôlée de ces molécules par chimie de coordination en utilisant différents connecteurs s’est révélée être une stratégie de choix. L’utilisation des liens diamagnétiques (a, voir figure) et paramagnétiques (b, voir figure) a permis l’obtention de réseaux 1D et 2D de molécules-aimants dont les propriétés physiques ont été étudiées à l’aide de la cristallographie, des mesures magnétiques et thermodynamiques, et analysées théoriquement. Nous avons également préparé de nouveaux connecteurs commutables pour faire des réseaux de molécules-aimants photomagnétiques (c, voir figure).

Nous avons ainsi obtenu un composé qui présente selon son état physique et le stimulus externe utilisé, deux propriétés de commutation distinctes, conversion de spin ou transfert d’électron.

Yémima Bon Saint Côme

Dans le cadre de la Journée SCF Aquitaine 2011 qui s’est tenue le 10 Octobre 2011 à l’ENSCBP, les membres du bureau de la Section locale ont remis comme chaque année le prix de thèse en chimie, doté de 600 euros.

Celui-ci a été décerné à Yémima Bon Saint Côme (ISM-Equipe NSYSA) pour ces travaux sur la Bioéléctrosynthèse sur électrodes optimisées pour la conception de réacteurs bioélectrochimiques.

Prix thèse 2011 (pdf - 46.6 ko)

Lors de cette journée, la conférence plénière a été donnée par Gérard Férey, médaille d’or du CNRS.

Les autres candidats présélectionnés pour une audition publique étaient :
Aude Bouchet : Étude des propriétés chiroptiques de cryptophanes hydrosolubles lors de l’encapsulation de molécules invitées
Stéphanie Louguet : Nanoparticules hybrides thermosensibles pour la théranostique
Igor Siretanu : Controlled Nanostructuration of Polymer Films

Célia Mercader

Célia Mercader (Equipe Nanotubes-Centre de Recherche
Paul Pascal –UPR 8641) pour ces travaux sur le Filage continu de fibres de
nanotubes de carbone.

PDF - 255.8 ko
Journée du 11 octobre 2010

Frédérique Deiss

Frédérique Deiss (Institut des Sciences Moléculaires,
Groupe NSYSA) pour ces travaux dans le domaine de l’électrochimie bioanalytique : « Réseaux de biocapteurs pour l’immunodosage et la détection d’ADN ».

PDF - 261.4 ko
Journée du 15 octobre 2009

Julien Poly

Julien Poly (LCPO, Univ. Bordeaux 1) pour ces travaux dans le domaine de la chimie des polymères : « Comment former des nanogels polymères de structure bien définie ? ».

PDF - 131.3 ko
Journée du 15 octobre 2008

Delphine Faure

« Photomorphisme structural d’agrégats en solution : conception, synthèses et études physico-chimiques »

Michael Jourdes

« Synthèse, réactivité et couleur de complexes covalents entre tanins ellagiques et flavonoïdes »

Stéphanie Leroy-Lhez et Jean-Christophe Loudet

Stéphanie Leroy-Lhez
« Contrôle cationique des propriétés d’émission de luminescence au sein de dyades pyrène-2,2’bipyridine »

Jean-Christophe Loudet
« Comportement d’inclusion colloidales dans des solvants cristaux liquides »

Nicolas Mano

« Électrodes modifiées pour de nouveaux biocapteurs »

Sophie Robin

« Polymérisation radicalaire contrôlée en présence de radicaux nitroxyle phosphores »

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère