Le parfum de la comète P60

Actu Chimie

La comète Tchourioumov-Guérassimenko qu’escorte Rosetta ne sentirait vraiment pas bon, si l’on en croit le "nez" de la sonde européenne. Comme l’explique Kathrin Altwegg, principale responsable du spectromètre Rosina, « le parfum de la comète Tchourioumov-Guérassimenko est plutôt fort, avec une odeur d’œufs pourris (hydrogène sulfuré), d’écurie (ammoniaque) et l’odeur âcre, suffocante du méthanal. Tout ça, mélangé avec l’arôme d’amande amère du cyanure d’hydrogène, un relent de méthanol associé à l’arôme vinaigré du dioxyde de soufre, et un soupçon du parfum doux et aromatique du sulfure de carbone compose le parfum de la comète ». Un parfum de soupe prébiotique ?

Attendons les résultats fournis par Philae et son chromatogaphe sur lequel a œuvré Uwe Meierhenrich, membre de la SCF (cf. son exposé à la remise des Prix SCF 2010, à Marseille en mai 2011 « Les acides aminés et l’asymétrie de la vie »).
En savoir plus sur la mission Rosetta

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère