Un Français parmi les trois lauréats du Prix Nobel de Chimie 2016 !

Actu ChimiePrix Nobel

Le Prix Nobel de chimie 2016 vient d’être décerné au Français Jean-Pierre Sauvage, au Britannique J. Fraser Stoddart et au Néerlandais Bernard L. Feringa, pour leurs travaux sur la conception et la synthèse de machines moléculaires.

En 1983, Jean-Pierre Sauvage a réussi à lier deux molécules en forme d’anneau pour former une chaîne, appelée catenane. Normalement, les molécules sont jointes par des liaisons covalentes fortes dans lesquels les atomes partagent des électrons, mais dans la chaîne, ils étaient plutôt reliés entre eux par une liaison mécanique plus libre. Pour qu’une machine puisse exécuter une tâche, elle doit être constituée de parties qui peuvent se déplacer les unes par rapport aux autres. Les deux anneaux emboîtés correspondent à cette exigence.

Figure 1 : Jean-Pierre Sauvage a utilisé un ion cuivre pour verrouiller des molécules en utilisant une liaison mécanique.

Figure 2 : a. Jean-Pierre Sauvage a créé un nœud de trèfle moléculaire. Ce symbole se trouve dans des croix celtiques, runestones, représentations de marteau de Thor (Mjölnir) et, dans le christianisme, il symbolise la Sainte Trinité. b. Fraser Stoddart a produit des anneaux de Borromées moléculaires. La famille italienne Borromeo a utilisé le symbole sur leur bouclier. Il se trouve également sur les Old Norse picture stones et a symbolisé la Sainte Trinité. c. Stoddart et Sauvage ont fait une version moléculaire du nœud de Salomon, un symbole de la sagesse du roi Salomon. Il a été fréquemment utilisé dans l’Islam et se retrouve dans les mosaïques romaines.

En 1991, Fraser Stoddart a développé un rotaxane. Il a enfilé un anneau moléculaire sur un axe moléculaire fin et a démontré que l’anneau était en mesure de se déplacer le long de l’axe. Parmi ses développements basés sur rotaxanes il y a l’ascenseur moléculaire, un muscle moléculaire et une puce d’ordinateur basée sur molécule.

Figure 3 : Fraser Stoddart a créé une navette moléculaire qui peut se déplacer le long d’un axe d’une manière contrôlée.

Bernard Feringa est la première personne à avoir développé un moteur moléculaire. En 1999, il a obtenu une pale de rotor moléculaire tournant continuellement dans le même sens. En utilisant des moteurs moléculaires, il a tourné un cylindre de verre qui est 10.000 fois plus grand que le moteur et également conçu une nanovoiture.

Figure 4 : La nanovoiture à quatre roues de Feringa.

Focus sur Jean-Pierre Sauvage

Jean-Pierre Sauvage est membre de l’Académie des Sciences et professeur émérite à l’Université de Strasbourg où il poursuit ses travaux au sein de l’Institut de Science et d’Ingénierie Supramoléculaires (ISIS). Il a été chercheur CNRS de 1971 à 2014.

Il est l’auteur ou le co-auteur d’environ 500 articles scientifiques. Il avait reçu, parmi d’autres distinctions, la médaille d’argent du CNRS en 1988, le Grand Prix Pierre Süe de la SCF en 2004 et le Grand Prix de la Fondation de la Maison de la Chimie en 2014.

Pour en savoir plus sur Jean-Pierre Sauvage, nous vous invitons à lire cet article.

Les travaux de Jean-Pierre Sauvage sont expliqués dans une vidéo de CNRS Images : Machines moléculaires.

Par ailleurs Jean-Pierre Sauvage est membre de la SCF et auteur pour la revue L’Actualité Chimique, notamment pour le numéro d’avril 2016 :

En outre, vous pouvez revivre (et surtout entendre) le point presse qui s’est tenu le 5 octobre au siège du CNRS, en visioconférence avec Jean-Pierre Sauvage et en présence d’Alain Fuchs, président du CNRS, Alain Beretz, directeur général de la recherche et de l’innovation au MENESR et président de l’université de Strasbourg jusqu’en septembre 2016, et Dominique Massiot, directeur de l’Institut de Chimie du CNRS, accompagné de Joël Moreau.

Lire le communiqué du Comité Nobel et voir les liens complémentaires en bas de page.

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère