Nitrate d’ammonium

Au sujet du procès

Mardi 3 janvier 2012, reprise du procès en appel avec un programme chargé, des intervenants de qualité et un thème que nous garderons plusieurs jours, la piste chimique.

En grand spécialiste des ammonitrates, Georges Guiochon est venu des États-Unis pour tenter de donner son appréciation sur les différentes hypothèses (ppt - 4.2 Mo) que l’on peut envisager pour expliquer la catastrophe de 2001.

Comme en prolongement, Gérard Hecquet, a ensuite, sans la moindre concession, démoli une piste chimique qui ne repose selon lui que sur l’incompétence de ceux qui l’ont imaginée (exposé G Hecquet (pdf - 3.2 Mo)).

Comme pour donner plus de crédit encore à son implacable démonstration, en campant sur son domaine de (haute !) compétence et pourtant sournoisement invité à le faire par l’assistant du juge, M.Hecquet s’est refusé à avancer la moindre hypothèse pour expliquer les origines de la catastrophe. Une prudence qui vaut plus que n’importe quelle supposition hasardeuse et un positionnement dont beaucoup pourraient ou devraient s’inspirer.

Sobrement, sans éclats et sans détours mais la voix ferme, M.Meunier membre de l’académie des sciences, est ensuite venu nous donner son appréciation sur le travail des experts judiciaires estimant que, compte tenu de la complexité du problème posé et de ses dimensions il aurait dû être confié aux plus hautes compétences du pays.

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère