Groupe français de chimiométrie (GFC)

Présentation

Le Groupe français de chimiométrie est une structure permettant de rassembler la communauté des chimistes français concernés par ce domaine.
Ce groupe est un lieu d’information et d’échanges pour tous.

Un peu d’histoire

Il était une fois ... La création du groupe chimiométrie. Beaucoup de chimistes s’intéressent à la chimiométrie. Beaucoup d’initiatives ont été prises depuis bien longtemps dans ce domaine.

Certains scientifiques français sont mondialement reconnus. Et pourtant il n’existe aujourd’hui, en France, aucune structure permettant de rassembler des informations ou d’échanger des idées dans ce domaine.

C’est pourquoi les deux sociétés savantes, la SCF (Société Chimique de France) et la SCI (Société de Chimie Industrielle) ont réuni le 21 mars 1997 un grand nombre de personnalités s’intéressant à la chimiométrie en vue d’examiner les problèmes qui se posent aujourd’hui et la manière de les résoudre.

PREMIER PROBLÈME IMPORTANT

Les revues de chimie ou de statistiques se sentent très peu concernées par la chimiométrie et elles ont tendance à se renvoyer les articles qu’elles considèrent souvent comme n’étant pas de leur domaine.

Plusieurs des participants à la réunion ont déjà engagé des actions pour modifier cette attitude. Mais une action groupée et coordonnée serait plus efficace et il est souhaité qu’une commission s’occupe de ce problème. Alain Delacroix se propose pour animer cette commission, il sera aidé par Jacques Chrétien (Analusis) et Max Feinberg.

SECOND PROBLÈME IMPORTANT

Avoir des contacts avec les associations s’intéressant à la chimiométrie comme les sociétés de chimie, les sociétés de statistiques et les sociétés de chimiométrie. Ces diverses sociétés organisent des congrès et des réunions de travail. Elles pubpdft des revues et des journaux.

Il est impossible à une personne seule de suivre toutes leurs activités. Pierre Lantéri propose d’animer une commission qui organiserait des contacts avec ces sociétés, rassemblerait et diffuserait les informations ainsi recueillies.

Plusieurs personnes demandent à participer à ce travail : Roger Phan Tan Luu, Max Feinberg, Frédéric Despagne, représenté aujourd’hui par Frédéric Estienne, qui représente, à la réunion, le professeur Luc D. Massart et la société belge de Chimiométrie, Claude-Alain Saby.

TROISIÈME PROBLÈME IMPORTANT

L’enseignement de la chimiométrie. Personne ne connaît exactement toutes les initiatives qui ont été prises dans ce domaine et toutes les formations qui sont données. Max Feinberg se propose de faire une enquête sur ce sujet et de diffuser les documents qu’ils trouveront.

Enfin, pour commencer à régler l’important problème de la diffusion de l’information, Claude Mordini propose de mettre le serveur de la SCF à la disposition des commissions qui viennent d’être créées. Les participants à la réunion approuvent la création d’un groupe de chimiométrie.

Ils reconduisent les trois personnes (Jacques Goupy, Roger Verwaerde et Claude Mordini) qui en ont lancé l’idée et qui ont organisé la réunion du 21 mars 1997. Ces trois personnes assistées des trois nouveaux responsables de commission (Alain Delacroix, Claude Pelletier et Pierre Lantéri) forment le bureau du Groupe Chimiométrie.

Toutes les personnes intéressées pour faire partie de ce groupe peuvent s’inscrire auprès de Roger Verwaerde (28, rue Saint Dominique, 75007 Paris).

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère