Une percée internationale de la chimie francilienne

Actu Chimie
Une percée internationale de la chimie francilienne

Dans le domaine de la santé, un des défis les plus importants concerne actuellement la distribution efficace de médicaments dans le corps humain en utilisant des agents de transport (ou vecteurs) non toxiques sous forme de nanoparticules pour faciliter les injections intraveineuses. La plupart des vecteurs actuels n’encapsulent que des quantités faibles (au mieux 5 % en poids de médicament par rapport à l’agent de transport) et délivrent le médicament trop rapidement, de manière incontrôlée. Ces performances viennent d’être considérablement augmentées par l’utilisation de solides hybrides poreux cristallisés. Les résultats apparaissent dans la dernière issue de Nature Materials [1]

Nous nous étions déjà fait l’écho des performances très intéressantes des solides hybrides poreux créés par le groupe de G. Férey, de l’Institut Lavoisier de l’université de Versailles, en particulier pour la capture du CO2 à température ambiante. Ces matériaux poreux (les MILs pour Matériaux de l’Institut Lavoisier) sont formés par l’assemblage par liaisons fortes de parties inorganiques et organiques qui crée des pores - dont les dimensions peuvent atteindre 4 nm - susceptibles de stocker de grosses molécules en particulier des médicaments. La validation de leur méthode a été récemment faite avec l’ibuprofène [2].

Forts de ce premier résultat, le groupe versaillais a entrepris une collaboration avec le groupe de Patrick Couvreur, de la faculté de pharmacie de Châtenay-Malabry (université Paris-Sud). dédiée cette fois à l’étude des performances de plusieurs MILs à base de fer (III), non toxiques et biodégradables, en nanoencapsulation et libération de médicaments antiviraux ou antitumoraux, actifs contre différentes formes de cancer (leucémie infantile, cancer du sein, etc) et le SIDA. Une fois les matériaux mis sous forme de poudres nanométriques et chargés en médicament, les études in vitro et in vivo montrent l’efficacité exceptionnelle de ces MILs, tant en termes de quantité de médicament encapsulée (jusqu’à plus de 40% en poids) qu’en termes de temps de libération (jusqu’à 14 jours). De plus, l’activité de ces MILs en imagerie médicale autorise à suivre le cheminement des médicaments jusqu’à leur cible.
Ces différentes caractéristiques, protégées par deux brevets CNRS, ouvrent la voie à l’utilisation de solides poreux dans un nouveau domaine de la médecine : la théranostique, qui conjugue thérapie et diagnostic pour des traitements médicaux personnalisés.

[1] P. Horcajada et al. Nature Mater. 2009, ASAP
[2] P. Horcajada et al. Angew. Chem. Int. Ed. 2006, 45, 5974-5978

Gérard Férey  

Déjà membre de la SCF ?

J'adhère